Momento finis - Présentation de Michael W. Lane aka Azrael

 :: HORS ROLE PLAY :: Création & Gestion des personnages :: Création de Personnage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 22/07/2018
Localisation : Where God leads, I follow
Ven 27 Juil - 22:11
Michael W. Lane
« Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tu da gloriam.»
Prénoms : Michael Washington
Nom : Lane
Alias : Azrael
Âge : 32 en apparence
Groupe : Vengeurs
Pouvoir : Capacités humaines accrues au maximum, régénération, et longue longévité.
Activité :Ancien flic, agent d’entretien à la Cathédrale, justicier
Origines : Les Narrows, Gotham
Description
PHYSIQUE :
A première vue, Lane semble être le type commun d’un ancien soldat de l’US Army d’origine afro-américaine : une musculature témoignant de nombreux entraînements qu’ils soient militaires ou personnels, une taille moyenne (1m78) et une coupe militaire basique. Un type banal mais qu’on ne viendrait pas chercher quand même. Un visage qui serait commun si l’on excepte ses yeux, couleur whisky, possédés par une flamme éternelle de désir de justice. Un regard dur et pétrifiant pour ceux et celles qui n’ont pas la conscience tranquille, comme si Lane jugeait leur âme.
En dehors des regards, le corps de Lane est constellé de cicatrices, marques de son passé : l’armée, le GCPD, être une expérience aux mains du Dr. Hurts et la main armée de l’Ordre de Saint-Dumas. Quelques unes sont l’œuvre de ses propres flagellations. En Asrael, Lane porte l’Armure des Sanglots, une armure exosquelette aux pouvoirs mystiques datant des Croisades. Vêtu de maille, de croix de gueule sur fond d’argent, Asrael porte un masque reconnaissable : blanc à l’exception de l’emplacement de la bouche, qui est rouge. La figure d’Asrael est imposante, surtout quand les épées flamboyantes du Péché et du Salut sont sorties.  

PSYCHOLOGIQUE:
Depuis son enfance, Lane haït les criminels et aspire à faire de son mieux pour rendre ce monde meilleur. Cela se ressent dans ses actions : l’armée, le GCPD et le fait d’avoir accepté le mystérieux programme du Dr. Hurts. Mais il est toujours assailli par les regrets et la culpabilité, tourmenté par les démons de son passé. Après les multiples tragédies qu’il a vécues, Lane a un cas aigu de syndrome post-traumatique. De plus les expériences d’Hurts l’ont rendu encore plus instable et très violent.
Taciturne, il parle en messages cryptiques et laisse des prophéties. Il se présente comme un mystère silencieux, qui veille sur la ville. Des fois il laisse passer quelques piques sarcastiques.  
Lane déteste les manipulateurs et les menteurs. Il en a été victime. Ils rentrent dans sa conception de la criminalité.
Il est profondément religieux et sa conception de la justice est emprunt de spiritualité. Dieu lui donne la force de combattre les criminels, les pécheurs de Gotham. Malgré sa mission divine, il ne se surestime jamais. Il n’est que le soldat de Dieu, rien de plus.
Histoire
Michel Washington Lane né dans une famille modeste afro-américaine dans les Narrows de Gotham, non loin de l’Asile d’Arkham. Les Lane survivaient du mieux qu’ils pouvaient dans cette ville, ne cherchant pas d’ennuis. Et pourquoi le devraient-ils ? Entre la fange criminelle et la police corrompue, l’espérance de vie dans les Narrows et les bas-fonds de Gotham sont faible. Une balle perdue, un braquage qui tourne mal, tir de flic ou juste être la victime d’un des fous échappés d’Arkham…

C’est dans ce contexte qu’a grandit Michael, fils aîné de Joshua et Magdalen Lane. Il a toujours eu du respect pour ses parents, d’avoir réussi à élever leurs trois enfants en dehors des problèmes et éviter qu’ils ne finissent mal. Un an après naissait Eve, sa sœur, et deux ans plus tard Nathanael. Michael adorait ses adelphes, veillant sur eux et n’hésitant pas à refaire le portrait de ceux qui les embêtaient. Ce qui, hélas, arrivait souvent…

Depuis son plus jeune âge, Michael connaît la réalité du racisme, le mépris des classes supérieures face à ses vêtements de seconde main et la violence policière. Souvent il rentrait avec un œil au beurre noir suite à une altercation avec des gamins « qui l’avaient bien mérité ». Mais il s’avait ne pas réagir et contenir sa colère face à la pègre et aux flics. Il haïssait faire en sorte que tout était normal. Son désir de justice commençait à s’allumer. Son père voyait avec inquiétude la colère de son aîné. « Le monde n’est jamais juste, mon garçon. Il faut s’y faire… » Répétait-il à Michael. Alors il s’y pliait… mais la colère ne s’éteint pas.

Malgré son tempérament violent, Michael était un bon élève et surtout un grand sportif. A ses dix-huit ans, il réussit, à la grande joie de ses parents, à entrer à l’Université de Gotham grâce à son admission dans l’équipe de football de l’Université. Tout allait pour le mieux, sa position de défenseur lui plaisait, les études allaient bien. Jusqu’à ce soir-là…

Michael était en train de se doucher, après un entraînement intensif. Il était le dernier dans les douches mais ce n’était pas plus mal. Il n’avait pas à supporter les remarques racistes de Sullivan, un attaquant de l’équipe originaire des quartiers plus aisés de Gotham. Enfoiré de Sullivan. Lane finit par sortir de la douche et se dépêcha de s’habiller avant de rentrer dans sa chambre universitaire. Il passait juste la porte du gymnase lorsqu’il entendit des cris étouffés venant de l’arrière du bâtiment. La voix était féminine et avait l’air paniquée. Michael laissa tomber ses affaires et accourut, n’écoutant que la flamme dans son cœur. Ce qu’il découvrit lui glaça le sang.

Son coach. L’homme en qui il avait confiance. Il était avec une étudiante, à peine vingt ans. Cette dernière pleurait, le coach la tripotant et déchirant son t-shirt tout en proférant des paroles salaces. Son coach était en train de violer une étudiante.

La colère embrassa le cœur de Michael qui bondit sur ce porc de coach et lui asséna un crochet. La fille était paniquée, ne bougeait pas, les yeux grands ouverts. Michael se tourna vers elle : « VA-T-EN ! VAS-Y ! Je le reti… ». Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que son coach lui colla une droite en pleine tempe. Il chancela. Sa tête tournait. Il entendit à peine les insultes que proférait le coach, quelques mots parviennent seulement à passer « Négro… T’es fini… ». L’homme empêcha la fille de partir en l’attrapant par le bras. Michael se ressaisit aussitôt. Il rugit en sautant sur son coach, le renversant. La haine se lit dans ses yeux. Il asséna coup de poings sur coups de poing, la colère aveuglant d’autres pensées. Cet homme devait être puni ! Il doit souffrir ! Etouffés des cris de supplications peinaient à lui parvenir. Il se sentit soudainement soulever de force par derrière. Il se débattit, voulant revenir sur ce porc. Puis il prit conscience de ses poings, couvert de sang. Son coach était étalé sur le sol, le visage en sang à peine reconnaissable, des secours s’affairant autour de lui. Les agents de sécurité du campus retenaient Lane. Et merde…

Deux jours plus tard, il fut exclu définitivement de l’Université. Malgré le témoignage de la fille qu’il avait sauvé, le directeur ne voulait « pas faire de vague » en déballant un scandale. Vous imaginez, un coach si respectable et reconnu, accusé de viol sur étudiante ? Michael avait une forte envie de casser la gueule au directeur. Ce n’était pas de la justice. Le coupable était libre, il allait s’en sortir avec juste un contusion mais pas de procès pour harcèlement sexuel. Michael n’avait rien dit, et était parti de l’Université sous les insultes de Sullivan et sa bande.

Ses parents étaient mortifiés. Joshua, qui était malade, avait réprimandé son fils comme quoi il ne devait rien faire. Qu’il n’était pas la Justice ! Michael ne savait quoi dire devant ses parents. Il les avait déçus mais… jamais il ne regretterait son geste. Jamais. Au fond de lui, il savait qu’il avait fait le bon choix. Les mois suivant, Michael enchaîna les petits boulots, jusqu’à finalement s’engager dans l’armée. Son père était en phase terminale d’un cancer du foie. La famille n’avait pas assez d’argent pour le traitement. Alors il parti pour l’Iraq. Gagner de quoi sauver son père.

L’enfer. C’était l’enfer. Ses camarades soldats tombaient presque chaque jour des balles des terroristes islamiques. Tous morts loin de chez eux, dans les terres hostiles d’Iraq. Chaque jour, Michael obéissait à des ordres qui lui semblaient de plus en plus absurdes. Les frappes sur des hôpitaux, des gamins morts sous leurs balles… Où était la justice là dedans ? Mais il se taisait même si cela lui faisait mal au cœur.

Deux ans plus tard, le gouvernement exigea le retour des troupes d’Iraq aux Etats-Unis. La fin de ce calvaire brûlant. Enfin. Mais à peine il descendit de son avion que sa sœur lui annonça la mauvaise nouvelle. Son père était mort. Les soins n’avaient pas suffit à l’aider, parvenu trop tard. Son cœur s’était serré de regrets. Il aurait dû être là, au près de son père. Il aurait dû rester. Il n’avait pas pu dire un dernier adieu à Joshua Lane. Magdalen sombrait dans la dépression, l’amour de sa vie éteint, elle peinait à continuer à vivre elle-même. Les trois frères et sœurs Lane se relayèrent pour lui tenir compagnie. Sa sœur était à l’Université et son frère avait commencé un job de barrista, qu’il appréciait beaucoup. Michael était fier d’eux.

Quand il rencontra Bonnie, elle était en train de traverser la route en lisant son portable lorsque le feu était rouge. Un camion allait l’écraser et Michael avait aussitôt bondit pour l’attraper et la mettre à l’abri. Enfin… plutôt ils sont tombés ensemble. Bonnie sur lui, rougissante et balbutiant des excuses et remerciements. Elle était magnifique à ses yeux. Une peau sombre comme l’ébène et ses yeux surtout. Ses yeux dorés si expressifs ! Son sourire si blanc ! Ce fut le coup de foudre. Elle lui avait sourit avant lui proposant de boire un café avec elle. « C’est moi qui offre ! Pour vous remercier de m’avoir sauvé la vie. » Il avait sourit de retour. Ils se sont installés dans un coffee shop non loin, et ils avaient parlé, parlé et parlé jusqu’au bout de la nuit. Ils se revirent de plus en plus souvent. Et un an plus tard, ils annoncèrent leurs fiançailles. La nouvelle avait fait jaillir un sourire radieux devenu rare sur le visage de sa mère. Michael était heureux. Après son mariage avec Bonnie, Michael décida de trouver un emploi qui subviendrait aux besoins de leur petite famille. Bonnie était enceinte. Lane voulait absolument que son enfant vive dans un bon cadre. Son désir de servir la Justice ne l’ayant pas quitté, il postula au GCPD. En même temps il observa d’un œil intrigué l’apparition d’un justicier dans la nuit. Un homme chauve-souris qui faisait mieux le taf du GCPD. Michael appréciait cette initiative, contrairement à ses supérieurs. Il savait qu’il y avait des officiers corrompus dans le GCPD. Il observait du coin de l’œil les faits du chevalier noir.

La naissance de son fils fut une joie immense pour Lane, ainsi que pour sa famille. Joshua était un petit garçon adorable avec  « les yeux de sa mère et le nez de son père » comme disait Magdalen. Joie de courte durée puisque cette dernière mourut quelques semaines après, mais en paix, rejoignant son aimé. Les questions d’héritages furent un peu houleuses, comme d’habitude lui rassurait le notaire. « Jamais vu aucune famille ne pas se battre pour l’héritage » Même si se battre était un peu fort dans ce cas là.

Niveau travail, Michael obtient le rang de sergent et partageait ses missions avec un jeune coéquipier, Aaron Cash. Cash était un proche du lieutenant James Gordon et il eut connaissance de l’Ordre de Saint-Dumas et d’un certain Asrael, leur bras armé. Aaron en avait parlé à Lane. « Encore une société secrète de Gotham… » avait-il répondu. Batman était devenu une force pour la ville. Les criminels étaient attrapés plus tôt et la corruption de la police était affaiblie. Cependant, le chevalier noir était un homme comme les autres et il n’allait pas faire long feu longtemps. Il fallait donc penser à l’avenir…

Une lettre de la direction, avec le sigle top secret lui avait été remise par son supérieur. Michael s’assit à son bureau, en face de celui de Cash. Ce dernier n’était pas là. Lane ouvrit l’enveloppe. Cette dernière lui annonçait qu’il avait été sélectionné pour un programme expérimental secret de l’armée et du GCPD visant à créer le combattant du crime ultime. L’expérience allait être menée par un scientifique du nom de Dr.Hurts. Michael ne connaissait pas cet homme, et après une recherche dans les dossiers du GCPD il ne trouva pas grand-chose non plus. Si l’armée et le GCPD lui faisaient confiance pour ce programme qu’avait-il à y redire ? Il accepta l’offre. Chaque semaine il devait rentrer tard du boulot, prétextant à Bonnie qu’il avait des heures sup’ et à Cash qu’il s’entraînait. Personne ne trouva à y redire.

Les expérimentations sont plus dures qu’il avait cru. Les produits que leurs injectait Hurts pour modifier leurs capacité ne se faisaient pas sans douleur. Physiques et mentales. Michael devenait de plus en plus instable émotionnellement. Il avait crié sur Bonnie et Joshua ! Cela l’effrayait. Il se demandait s’il devait continuer… Non ! Non. Il le fallait. Pour Gotham. Et pour la Justice. Alors il subissait. Il se sentait plus fort, plus rapide. Il peinait beaucoup moins et encaissait les coups plus facilement.

Mais ce n’était pas suffisant pour Hurts… Le docteur avait trouvé l’ingrédient qui manquait à ses cobayes, afin qu’ils deviennent des parfaits combattants du crime : la tragédie. Batman avait perdu ses parents à cause d’un vol armé à Crime Alley. C’était la clé ! Hurts allait provoquer un peu le destin de ses expériences…

Ce n’était pas possible. Comment c’était arrivé ? Non, non… NON ! Michael cogna le mur du salon de rage, laissant la marque de son poing dans les briques. Bonnie était en larme, inconsolable, prostrée dans leur lit. Joshua… oh Joshua… Son petit garçon… Son petit ange d’à peine trois ans… Mort. Un accident de voiture. Un carambolage et Joshua qui était juste en train de jouer avec ses amis au ballon était là au mauvais endroit, au mauvais moment. Michael était inconsolable. Mais il tenait bon. C’était une tragédie. Mais Michael espérait que Bonnie et lui allait finir par s’en remettre et aller de l’avancer. De rendre fier leur fils. Le chagrin et la culpabilité avait rendue Bonnie totalement apathique. Michael avait déjà vu ça avec sa mère et voir sa chère et tendre ainsi lui faisait mal. Il s’occupait plus de sa femme, demandant à Cash de bien remplir les papiers ou faire des missions à sa place. Il tentait le plus possible de revoir ce sourire. Mais même les yeux de Bonnie avaient perdue leurs éclats dorés. Elle semblait s’être éteinte en même temps que Joshua. Michael la voyait s’étiolait devant lui. Il ne savait pas quoi faire…

Un soir il rentra du travail. Il avait acheté les plats préférés de Bonnie : poulet massala, samossas de bœuf curry et de l’halwa, espérant que cela lui plairait. Il ouvrit la porte. L’appartement était sombre à part un rayon de lumière provenant de leur chambre. Michael alluma la lumière du salon. « Bonnie ? Je suis rentré, mon cœur ! Je t’ai rapporté une surprise pour ce soir ! » Pas de réponse. Son ventre se tordit d’angoisse. Quelque chose n’allait pas… « Bonnie ? Tu es endormie ? » Rien. Il déglutit en s’approchant de leur chambre. Il vit Bonnie allongée, semblant dormir. Il s’assit près d’elle et tenta de la réveiller « Bonnie… Chérie je suis là. Il faut manger mon… » Il s’arrêta aussitôt. Il remarqua la boite de médicament vide avec quelques capsules autour ainsi que le verre qui sentait le whisky. Michael secoua paniqué Bonnie. « Bonnie ! BONNIE ! Réveille toi j’t’en prie ! » Mais il était trop tard. Bonnie était froide. Comme les multiples cadavres qu’il avait vus à la morgue. Les yeux de Bonnie étaient gris et vitreux. Il hurla.

Cash voyait de plus en plus Lane faire une véritable descente aux enfers. Le sergent était encore plus instable et devenait de plus en plus violent envers les criminels qu’ils arrêtaient. Il n’hésitait pas à tabasser les suspects. Cash était inquiet. Cela allait mal se finir…

Une secte satanique avait enlevé Nathanael et Eve ! Michael était sur les nerfs. Il avait parvenu à monter une équipe pour les retrouver. Il s’agissait de ses derniers proches vivants ! Il ne voulait pas les perdre eux aussi. Il déboula dans la cave humide et rance avec ses hommes. La secte fut arrêtée et ceux qui avaient ripostés étaient morts. Mais aucune trace de Nat’ et Eve. Il hurla sur celui qui semblait être le chef, lui brisant le bras. L’homme lui sourit la bouche en sang en indiquant une pièce à côté. Son cœur battait de plus en plus vite. Il courut vers la pièce. Devant lui une scène de cauchemar… Un autel satanique rempli de sang et de cadavres. Sur un pentacle dessiné à la craie, il les vit. Nathanael la gorge tranchée, les yeux horrifiés. Eve, douce Eve… le cœur arrachée de sa poitrine. Le reste de sanité de Lane s’effondra. Il était seul. Il avait perdu les derniers êtres qui lui étaient chers. Ses hommes durent tous se mettre pour le retenir de briser la nuque des satanistes. Au retour au poste Cash était effaré par le regard de son coéquipier. Ils étincelaient de haine.

Deux mois après, Lane fut de nouveau apte à reprendre ses fonctions, le psychologue donnant le feu vert. Michael fut heureux de voir Cash. Et de reprendre le boulot. Le boulot lui occupait l’esprit. Le tenait éloigné de ses cauchemars. Il ne dormait presque plus. Seulement lorsque Cash lui donnait en douce dans son verre des somnifères lorsqu’il venait chez lui boire un coup. Michael ne savait pas pourquoi il en voulait à Batman. Parce qu’il n’avait pas empêché le meurtre de Nathanael et Eve ? Non… Batman n’était pas partout et même la Bat Family ne pouvait pas remarquer tous les crimes, qui semblaient grandir de plus en plus à Gotham. Mais il gardait un ressentiment.

Cash déboula dans leur bureau, un dossier à la main qu’il jeta sur le clavier de Lane. « Mate moi ça ! Enlèvement d’une dizaine d’enfants en moins d’une semaine ! On connait pas le suspect mais…
- On a une piste d’où se trouvent les gosses ?
- Hum oui j’allais le dire. Le commissaire Gordon nous commande d’y aller. Nous deux.
- Ça peut être un piège.
- Eh. C’est le risque du métier. »
Lane se leva en acquiesçant, prit ses affaires et suivit Cash dans la voiture. Durant le trajet il lisait le dossier. Des gamins. Tous entre trois et huit ans. Ça aurait pu être Joshua… Michael serra les poings. Il allait faire payer le salaud qui avait osé s’en prendre à des gamins.

Ils arrivèrent à un entrepôt abandonné de l’East Side. Les deux agents se faufilèrent en silence. Ce n’était pas le premier coup de cet enfoiré. Il devait le coincer pour de bon. Cash lui fit signe de s’approcher d’une porte. Dans l’entrebâillement, il vit une imposante figure masqué, ressemblant à un templier. Il a dans ses mains une épée flamboyante. Comment s’était possible ce truc ? Une épée en flamme ? Merde ! C’était un de ces criminels réservés à Batman bon sang ? Cash jura et allait sortir sa radio lorsque Lane se redressa brusquement. Il savait se qu’il devait faire. Il avait subis tous les entraînements et expériences du Dr.Hurts pour cette raison. Il prit arme et déboula dans la salle. « On bouge plus ! Laisse les gamins, enfoiré et rends-toi ! ». Le chevalier se retourna. Cash le reconnut. « Putain Lane ! C’est Asrael ! » Michael se souvient de ce qu’on lui avait dit à propos de cet individu. L’Ordre de Saint-Dumas. Et merde ! L’autre venait vers lui, menaçant avec sa putain d’épée ! Lane réagit très vite. Il tira toutes les balles dans le masque d’Asrael… qui s’effondra. Cash était stupéfait. Lane avait tué Asrael. Il appela les renforts et alla aider les enfants (sains et saufs ouf !) dehors en attendant les secours et les collègues.

A son retour dans la salle, il vit Lane devant le cadavre en feu d’Asrael. L’armure et l’épée avaient disparues. Cash était stupéfait. Pourquoi Lane avait détruit les preuves de l’identité du criminel ? Pourquoi ? La sentence fut irrévocable. Lane fut radié. Cash tenta de savoir pourquoi Michael avait agis ainsi. Il n’obtient aucune réponse à par un regard terrifiant. Cash n’est plus revu Lane depuis… Plus tard, les renforts ont trouvé un cadavre mort d’une blessure par arme blanche. Il s’agissait du kidnapper.

Hurts était plus que satisfait. Bat-Ghost était prêt ! Lane, plus instable et violent que jamais fut lâché dans la nature en temps qu’agent du Dr.Hurts, déguisé en une parodie de Batman. En tuant les criminels il devint se qu’il haïssait le plus : un meurtrier. Il n’hésitait pas à blesser gravement voir tuer les suspects. Batman fut sur le coup et arrêta les trois expériences d’Hurts : Bat-Cop, Bat-Bane et Bat-Ghost. Le chevalier noir, arrêtant Hurts, ouvrit les yeux de Lane. Ce dernier se rendit compte des crimes qu’il a commis en étant Bat-Ghost et se réfugia dans la prière. Espérant effacer ses pêchés et ses crimes devant Dieu.

Il se rendait presque tous les jours à la Cathédrale de Gotham afin de prier pour son âme et le pardon de ses feu-êtres aimés. Bonnie n’aurait jamais voulu qu’il devienne ainsi. Ni ses parents, Nathanael et Eve. Ni Joshua. Chaque jour il se confessait à Père Day, tous ses crimes, ses doutes, les cauchemars multiples qui l’assaillaient chaque nuit. Ce qu’il ne savait pas alors c’est que Day était un membre de l’Ordre Sacré de Saint-Dumas. Day le persuada d’entrer dans l’Ordre chevalier. Il apprit le but de l’Ordre. Effacer de la Terre les pêcheurs qui réduiront tous à feu et à sang. Ne serait que pour Gotham, cette théorie était vraie. De plus en plus de criminels arrivaient, tous pires que les autres. Les justiciers étaient débordés. Certains dans la ville disaient que c’était de la faute de ces derniers si la criminalité devenait de plus en plus dangereuse. Il n’y avait qu’à voir les dégâts que provoquait le Joker, Bane ou l’Epouvantail. Michael Lane accepta d’entrer dans l’Ordre.

L’Ordre de Saint-Dumas l’entraîna afin qu’il puisse devenir le nouveau Azrael. L’Outil de Dieu allait revenir, purifier Gotham de sa fange, et la sauver des flammes de l’Enfer. Ils persuadèrent Lane qu’il était le seul espoir de la ville. Ils lui enseignèrent les techniques de combat millénaires de l’Ordre. Peu à peu Lane s’effaçait devant Azrael. Et enfin un jour il fut prêt pour son premier acte en tant qu’Azrael. L’Ordre lui donna l’Armure des Sanglots, une armure mystique lui conférant des capacités surhumaines, dont l’invulnérabilité envers les balles et explosifs et une capacité régénératrice accrue. Puis l’Epée du Péché, la lame enflammée brûlant des âmes de cent damnés. Ainsi équipé, il partit pour sa première mission.

Azrael sautait de toit en toit avec une agilité déconcertante. Sa cape rouge effilée flottait derrière lui comme un étendard. La croix sur son torse rappelait à qui il appartenait. La Lame de Dieu était concentré. Les assassins de Talia al-Ghul le poursuivaient sans relâche. S’il descendait dans cet entrepôt vide de Dixon Docks, il pourrait les affronter sans devoir craindre à la sécurité des civils. Il savait la détermination des sbires de Talia. Ils n’hésiteraient pas à sacrifier leur vie. Ainsi soit-il…Talia voulait absolument l’Armure des Sanglots pour l’offrir à son fils, Damian. Accompagnée de l’Epée du Salut, la sœur jumelle de l’Epée du Péché, il pourrait reprendre la Ligue et continuer ainsi le travail de Rhas al-Ghul. Une chose que l’Ordre de Saint-Dumas ne pouvait permettre. Le chaos n’était pas une solution. En attendant, Talia devait vaincre leur chien de garde, Azrael. Et pourquoi pas récupérer l’Epée du Péché par la même occasion.

La vitre d’une fenètre de l’entrepôt d’une petite société de pêche explosa sous le poing d’Azrael. Il entra dans le bureau vide du directeur avant de se diriger vers la salle des machines. Il avait un peu de temps. Des vagues souvenirs d’Iraq vinrent à lui. La salle était parfaite pour y placer quelques pièges et pour se dissimuler. Il eut à peine le temps de finir son quatrième amorce, lorsqu’il entendit des craquements de verres. Ils étaient là. Azrael se dissimula dans l’ombre, préparant les lames de ses gantelets en récitant dans sa tête le début l’Ave Maria pour le salut des âmes qu’il allait prendre. Ave Maria, gratia plena… Des pas étouffés s’approchèrent. …Dominus tecum… Plus proche… Benedicta tu in mulieribus… un premier cri, le premier piège s’est donc déclenché. Et benedictus fructus ventris tui, Jesus… les machines se mirent en marche soudainement. Azrael se déplaça rapidement vers la source des bruits. …Sancta Maria, Mater Dei…  Il tua deux assassins sur son chemin…ora pro nobis peccatoribus… Trois autres. Un bruit derrière lui. Il est repéré… nunc et in hera mortis nostrae… Il fut rapidement encerclé par les assassins. Il vit perché sur la passerelle Talia. Elle donna leur de l’exécuter. Amen.

Un bruit de pas lourd retentit dans la salle du conseil de l’Ordre. Azrael s’approcha du commandeur de l’Ordre et retira une lame qui s’enflamma d’une lueur blanche et pure. L’Epée du Salut avait retrouvée son foyer. Azrael avait accompli le premier acte avec succès. Le commandeur souriait. Parfait. Talia s’était de nouveau tapie dans les ombres, dont il espérait qu’elle ne sortirait pas de si tôt. « Parfait Azrael. Tu as pleinement rempli la volonté de Dieu, mon frère. Maintenant écoute moi bien. Voici ta nouvelle mission. » Azrael se tint droit, malgré la douleur et le sang qui commençait à raidir l’étoffe de l’armure. « J’imagine que tu dois avoir entendu parler du Batman, le chevalier noir. Tu dois le surveiller mon frère. Bien qu’il soit le guerrier qui sauvera Gotham, tu sais bien qu’il finira par sombrer dans les flammes. Vois-tu… Batman est autant un pécheur que les criminels qui pourrissent cette ville. En refusant de les tuer, il ne fait que multiplier le Mal. Et toi Azrael, tu dois empêcher cela d’arriver. Vas ! Suis le chevalier noir, observe ses moindres faits et gestes, gagne sa confiance… et frappe-le de la justice divine ! Deus lo vult. » Azrael s’inclina. Si Dieu le veut…

Alors il surveilla le chevalier noir de Gotham évoluer dans la ville, apprenant de lui et l’aidant sans laisser de traces. Ce n’était pas encore le moment de se présenter. Il savait que Batman allait finir par se douter de quelques choses. Azrael sema des indices : des symboles de l’Ordre par-ci par-là, proche de criminels captifs ou d’un entrepôt de la pègre détruit… Et un jour il le rencontra enfin, dans une chapelle souterraine de Gotham. Le chevalier noir n’avait fait aucun bruit. “Je savais que tu me trouverais
- Qui es-tu ?
- J'ai eu plusieurs noms mais on m'appelle Azrael, loyal serviteur de la société secrète "Saint Dumas"
- C'est bien ma veine... Encore une société secrète…”

Azrael ne put s’empêcher un rictus. Une sensation de déjà vu… Mais bon ce n’était pas le sujet au moment présent. “ Je suis porteur d’un message. Des jours sombres sont à venir Batman. La prophétie va se réaliser. Tu es le guerrier qui fermera les portes de l’Enfer. Tu es celui qui sauvera ce jour et en faisant cela, des événements vont se produirent que tu ne pourra empêcher. Des cendres d’Arkham, des flammes surgiront et Gotham brûlera. Et toi, tu brûleras aussi.
Rien ne peut être prédit d’avance, Azrael.
Crois ce que tu veux. J’ai livré mon message. On se reverra bientôt.”

Sur ce, Azrael disparut dans les ombres. Le message était délivré. Le plus dur commençait.

Quelques mois plus tard, le Joker était revenu. Plus déterminé dans sa folie que jamais. La criminalité avait flambé d’un seul coup. Les rues n’étaient plus sûres pour les habitants de Gotham. Batman et sa clique tentaient tant bien que mal d'irriguer toute cette violence. Azrael apportait son aide discrètement. Jusqu’à, évidement, le chevalier noir lui tombe dessus alors qu’il était en train de battre jusqu’à la chair un tueur d’enfant. “Azrael. Stop.” Il tourna la tête. “Oh. Je savais que tu ne m’avais pas oublié, Batman.” Il lâcha le type en sang. “Les jours sombres sont là. Gotham brûle. La prophétie s’est réalisée, chevalier noir.” Azrael sentit l’irritation de son interlocuteur peu loquace ce soir là. “Je vois le même feu dans tes yeux. Elles finiront par te consumer. Alors il faudra un nouveau sauveur, un nouveau gardien, nouveau Batman. Tu ne peux pas continuer à porter ce fardeau pour toujours… Je t’ai observé pendant longtemps.” Il se pencha devant l’assassin. Encore en vie… Dommage. “Tu as un code d’honneur. Tu ne tue point.” Azrael sortit une seringue de morphine et piqua l’assassin. Il le retrouverait plus tard, si d’autres ne l’ont pas tué entre temps. “Et bien je suivrais aussi cette règle. L’Ordre l’a vu… Il est bientôt temps de passer la cape à un autre guerrier… comme moi.
- Toi ? Tu viens de battre presque à mort cet homme.
- Il a rendu six familles en deuil de leurs enfants. Mais soit. Teste moi alors. Laisse moi te prouver ce que je vaux. Si je suis digne d’être ton successeur…”

Batman réfléchit pendant quelques minutes. Un silence presque insurmontable pour Azrael.
“Très bien. La première épreuve est dans une heure. Tu connais le signal je suppose.” Azrael fut surpris qu’il accepte si facilement. “Si telle est ta volonté…”

Les épreuves du chevalier noir étaient rudes. Azrael avait du mal à retenir sa rage envers les criminels. De leur pulvériser le crâne ou de les regarder mourir, ces assassins, ces vils pécheurs qui polluaient Gotham. Ne tue point, ne tue point, ne tue point… ce fut son mantra. Du coup il se contentait de briser des os. Incapaciter un criminel à vie ce n’est pas le tuer, non ?  Tout allait pour le mieux. Enfin c’est ce qu’il croyait lorsqu’il entra dans la Tour de l’Horloge. Il allait s’annoncer lorsqu’il entendit la voix grave de Batman discuter avec un vieil homme, anglais par l’accent. “...Ordre de Saint-Dumas...Lane manipulé par l’Armure...agit sur le comportement...contrôle sur lui via la puce dans son crâne…
-...vous tuer...obstacle contre leur justice…”

Azrael s’approcha et vit ; sur les écrans son ancienne identité, Michael Washington Lane. Des radiographies de son crâne avec...un élément perturbateur. Une puce. Brusquement sa tête s’enflamma. Les pensées d’Azrael s’entrechoquent entre les ordres du Saint Ordre, et les souvenirs de Lane. Lane. Lane. “NON !” Le chevalier noir se retourna, impassible. Comment peut-il être impassible ? Je suis là pour le tuer ! NON ! Non ! c’est Batman tu ne peux pas ! Batman s’approchait de lui. “Lane…
- LANE EST MORT ! Je...Je suis Azrael, chevalier de l’Ordre de Saint-Dumas!
- Tu es Michael Lane. Ancien sergent du GCPD, tu as servis de cobaye à Hurts afin de produire un nouveau Batman. Je te connais Lane. L’Ordre te manipule grâce à l’Armure des Sanglots et avec la puce dans ton cerveau. Ce n’est pas ta vision de la justice. C’est la leur qu’ils t’imposent !
- TU MENTS ! Tu te dresse devant la VRAIE justice !
- Le crois-tu vraiment Lane ou c’est l’Ordre qui le pense pour toi ?
- Non… non...non non non! Je sais qui je suis. Je...je sais ce que je dois faire.
- Dans ce cas le choix est le tien.”


Il saisit se saisit de l’épée du Péché, qui s’embrassa aussitôt dans sa main. Son crâne semblait éclater sous  le poid d’une vérité trop brutale. Encore… L’épée est lourde dans sa main. Et si Batman disait la vérité ? Si l’Ordre n’était pas si bon ? Pourquoi cette puce dans son crâne ? Tu le sais pourquoi, Michael. Combien de fois il faudra qu’on te manipule ? Tuer Batman ? Et après, crois-tu que l’Ordre apportera le Salut à Gotham ? Réellement ? Azrael...non...Lane tremblait de rage. Il baissa la lourde épée enflammée et se prit la tête dans sa main libre. Il rit. Rit de sa naïveté. Lui qui avait voulu se racheter, il s’est fait encore manipuler, aveuglé par son désir profond de changer cette ville en quelque chose de bon. La flamme de Justice se ralluma, animée par la rage de la trahison de l’Ordre. Il fixa Batman du regard puis l’épée. “Je me pensais être l’instrument de Dieu, non l’outil de l’Homme. Je m’engage seulement sur la voie de Dieu. L’Ordre doit payer pour ce qu’il fait.
- C’est la meilleure chose à faire, Lane.”

Lane acquiesça de la tête avant de remettre l’épée au fourreau. Il allait repartir lorsque la voix du chevalier le retint. “Lane ! Je regrette ce qu’il t’es arrivé. Tu as mon soutien.
- Merci, Batman. Mais ce combat est le mien. Prends garde à toi chevalier noir. Les jours sombres ne sont pas finis… Que Dieu te protège."


Le Joker avait bombardé la moitié de la ville ayant fait de nombreux dégâts. L’explosion, la plus centrale. Batman et le Joker dans un combat final (?). Les on-dit disait le Joker mort. Batman brisé. Non, Dieu dans sa clémence avait épargné le chevalier noir. Mais il était tombé. Ah...La prophétie s’est réalisée en fin de compte… La ville était de nouveau dans le chaos, les civils n’avaient plus aucune foi envers les justiciers, les accusant de la soudaine hausse de criminalité. Des nouvelles disait que Lex Luthor voulait reconstruire la ville. Encore un milliardaire qui veut changer Gotham… Douze ans plus tard, toujours la même situation pour Gotham. Un nouveau centre mais retour à la case départ. Flics véreux, la Pègre de nouveau dans les rênes. Plus de nouvelles aussi du fils prodigue de Gotham, Bruce Wayne. De son côté, Lane n’avait pas chaumé. Sous l’identité d’Azrael, il avait remonté l’Ordre de Saint-Dumas. Mais l’Ordre savait se cacher, et Lane n’était plus flic. Azrael était autant traqué que la Batfamily ou les autres justiciers bordelines. Azrael agissait le plus. Mais Lane lui écoutait. Qui se souciait d’un ancien flic et encore moins du tout nouvel agent d’entretien de la Cathédrale de Gotham. Il sert la Justice de Dieu du mieux qu’il peut dans cette ville plongée dans le chaos. Tranquillement dans l’allée centrale de la Cathédrale, Lane priait:

Pater noster, qui es in coelis,
Sanctificetur no­men tuum,
Adveniat regnum tuum,
Fiat vo­luntas tua,
Sicut in cae­lo et in terra.
Panem nostrum quotidianum da nobis hodie.
Et dimit­te nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris.
Et ne nos inducas in tentatio­nem.
Sed libera nos a malo...

Amen
Informations sur le joueur
Pseudo : LePetitPabuDuPeuple
Âge :22 ans
Comment j'ai connu le forum :  Par la charmante Lucy  (hellooooooooooo~)
Mon avis sur le forum :ça fait un sacré bout de temps que j'ai pas fait de forum RPG mais le contexte est cool et étant fan de Batman, évidement que ça me plaît !
Le code secret : Validé par la Cafetière
Revenir en haut Aller en bas
Lucy Quinzel
There's an ordinary world
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/06/2018
Sam 28 Juil - 8:19
Bienvenue parmid nous Pabu! Bon bah il faut encore que je lise la fin de ce pavé. Ta fiche est géniale. J'espère que tu vas bien t'amuser parmis nous et que les admins ne te prendrons pas trop en grippe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 22/07/2018
Localisation : Where God leads, I follow
Sam 28 Juil - 11:15
Haha merci !
J'me suis effectivement bien lâché sur l'histoire ouais... je tiens à rassurer que c'est la dernière fois que je fais un écrit si long. Promis !
Revenir en haut Aller en bas
Jóna Hulda
There's an ordinary world
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 03/06/2018
Mer 1 Aoû - 9:46
Salutations. Je te souhaite donc la bienvenue sur ce forum et espère que tu t'y plairas. Outre ton histoire fort intéressante, et ton écriture en elle-même efficace, je tiens à te dire que ce sera un plaisir de RP avec toi. néanmoins, je ne m’occuperai en rien de ta fiche, de mon côté, mais je tenais simplement à te préciser que le code secret à indiquer n'est pas le bon. Ainsi, je t'invite à relire les parties règlements et contexte afin de pouvoir nous délivrer le bon.

Je te souhaite une excellente journée, et encore une fois, c'est à mon sens une belle fiche, qu'elle sera, je pense, à retravailler un peu.

Cordialement ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 22/07/2018
Localisation : Where God leads, I follow
Mer 1 Aoû - 23:08

ça y est ! J'ai tout trouvé (je suis vraiment bigleux...). S'il y a des choses que je dois changer ou rajouter dite le moi please !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation - Michael-H
» [Resolu] fast lane machine -- Ou commander ?
» Michael Jackson,la plus grande manipulation...
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» Présentation du studio Clamp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children Of Gotham :: HORS ROLE PLAY :: Création & Gestion des personnages :: Création de Personnage-
Sauter vers: